Recherche Diemer.ca

Samplings

The evidence from all OECD countries shows that the private sector is far more bureaucratic and much less efficient than the public sector when it comes to providing health care.
Ten Health Care Myths

Gentlemen from Hooker – and many other places – are quite literally pouring these and many other poisons into your coffee and your kids’ juice. They just do it in a more indirect, anonymous, and apparently socially acceptable way.
150 Years of Dirty Water

Blogs

Mots de la sagesse

  • Capital is reckless of the health or length of life of the labourer, unless under compulsion from society.
  • – Karl Marx

Favourite Links

In a Direct Line - Photo par Ulli Diemer

L’anarchisme par rapport au marxisme : Quelques notes sur un vieux thème.

Par Ulli Diemer

Plus de cent ans après que le mouvement socialiste soit divisé en factions marxistes et anarchistes, il y a des signes, au moins sur une petite échelle, que les gens, s’appellant des anarchistes, des marxistes ou « des socialistes libertaires », trouvent des moyens pour travailler fructueusement ensemble. Des questions se présentent immédiatement par elles-mêmes : Dans quelle mesure les vieilles étiquettes sont-elles encore valides ? Est-ce que leurs significations ont changé au cours du siècle dernier ? À quel point la nouvelle base d’unité est-elle solide? Est-ce que les vieilles divisions ont été dépassées ?

Mais est-il vraiment nécessaire de réexaminer les vieilles étiquettes et divisions? Ne serait-il pas meilleur de laisser la polémique endormie et se concentrer tout simplement sur le fait de travailler ensemble ?

Le problème est qu’un mouvement socialiste - ou un mouvement libertaire : quels termes pouvons-nous bien utiliser ? – qui tient à se développer, doit se confronter à des questions historiques, stratégiques, et théoriques. Un mouvement socialiste digne de ce nom doit faire plus que de se réunir pour des actions simples. Il doit se demander vers où il essaye de se diriger, et comment il propose d’y arriver : précisément les issues qui ont suscité le conflit desastruex Anarchiste-Marxiste pendant les années 1870, et qui ont maintenu les mouvements séparés jusqu’aujourd’hui. Les questions politiques qui sont ignorés ne disparaissent pas, elles réapparaissent seulement avec tout un impact beaucoup plus destructif à une date ultérieure. Elles doivent être traitées ouvertement.

Mais ceci ne signifie pas que nous sommes destinés à re-combattre les anciens batailles et re-vivre les déchirements et les hostilités du passé. Le monde a beaucoup changé depuis les années 1870, et l’expérience du mouvement socialiste pendant le siècle dernier a immésurablement changé les problèmes que nous faisons face. Aussi important est la revitalisation d’un courant marxiste qui est militant anti-Léniniste, et la réapparition d’un mouvement anarcho-communiste qui accepte (bien que pas nécessairement consciemment) beaucoup d’analyse marxiste. Il y a beaucoup de terrain d’entente sur lequel nous pouvons s’unir.

Il faudrait également reconnaître que tandis que les différences entre les marxistes et les anarchistes ont été réeles, il a été le cas où trop souvent dans le passé, les conflits entre eux ont produit plus de controverses que de résolutions. Un problème relevé dans plusieurs polémiques est que chaque côté tend à prendre des tendances partielles de l’autre côté, les extrapolant dans un contexte global, et en ce sens, représente mal la réalité des choses. Une analyse sérieuse doit dépasser les simplicités de l’argumentation noire et blanche (noir et rouge ?). En même temps, il est vrai que poser des questions implique généralement nettement une tonalité polémique, ainsi nous ne devrions pas nous reculer devant une polémique si cela signifie que des questions importantes seront dissimulées ou ignorées.

Ma propre position est pro-marxiste, et à bien des égards assez critique concernant l’anarchisme. Il est donc impératif de noter deux choses : premièrement, qu’il y a beaucoup de choses positives au sujet de l’anarchisme que je n’ai pas reconnues, parce que j’essaye, dans cet article et l’article suivant « Bakunin contre Marx », de critiquer certains aspects spécifiques de la doctrine dans son intégralité qui, d’après moi, l’affaiblit considérablement. Je ne prétends pas donner une évaluation équilibrée de l’anarchisme dans son ensemble. Deuxièmement : je critique bien plus le « marxisme » de la plupart des « marxistes léninistes » que je critique l’anarchisme. Tandis que je considère la plupart des anarchistes comme des camarades dans le mouvement libertaire, j’estime l’expression « marxiste léniniste » comme une contradiction en certains termes, et considère le « marxisme-léninisme » comme étant une idéologie qui est diamétralement opposée à l’émancipation des classes ouvrières.

Il n’est pas possible de couvrir une discussion entière sur l’anarchiste/marxiste en juste proportion en seulemnt un ou deux articles. Ce que je propose de faire ici, et dans les notes d’accompagnement sur Marx et Bakunin, est de me concentrer sur les objections d’anarchiste les plus communes et les plus fondamentales au marxisme, et de les examiner brièvement. Ces notes devraient être vues juste comme cela - des notes qui font quelques remarques fondamentales. J’espère qu’elles provoqueront une discussion animée qui permettra d’examiner les questions soulevées, et d’autres, dans un détail beaucoup plus grand.

L’impulsion de chercher une discussion sur le marxisme et l’anarchisme vient principalement de la lecture d’un certain nombre d’extraits récemment édités sur l’anarchisme. Tout semble démontrer un malentendu et une ignorance étonnante de Marx et ce qu’il a écrit et ce qu’il a fait (par exemple Bakunin sur l’anarchie, avec la préface par Paul Avrich et l’introduction par SAM Dolgoff ; l’article de Mark Brothers sur l’anarchie dans Open Road (la route ouverte) No4 ; le morceau sur Bakunin dans Open Road (la route ouverte) No.2, et l’article de P. Murtaugh dans cette même issue de ‘The Red Menace’(la menace rouge). Ces derniers - et la plupart des écritures sur l’anarchiste - déploient beaucoup d’effort en attaquant quelque chose appelé le « marxisme ». Dans tous les cas, le « marxisme » qui est attaqué, en a peu ou rien à faire avec les théories de Karl Marx. En lisant ces polémiques contre un « marxisme » qui existe principalement dans les esprits de ceux qui l’attaquent, on n’y peut seulement murmurer l’expression de Marx lui-même. Certains ont dit qu’il a souvent répété l’expression pendant ses dernières années, seulement concernant les travaux de ses ‘disciples’ : « Si c’est cela le marxisme, alors tout ce que je sais, c’est que je ne suis pas un marxiste. »

S’il y aurait n’importe quel dialogue entre les marxistes et les anarchistes, si les aspects négatifs et positifs du Marxiste et des projets d’anarchiste devraient être analysés d’un oeuil critique, alors il incombe à ceux qui s’opposent au marxisme, aussi bien que ceux qui le soutiennent ou cherchent à réviser ou le dépasser pour au moins savoir de quoi ils parlent. Rien n’est résolu en installant et en attaquant un argument marxiste .

Et il est important de comprendre et de connaître Marx non seulement parce qu’il y a « les marxistes libertaires » mais parce que Marx est indiscutablement la figure centrale dans le développement du libertarianisme et du socialisme. Il n’est pas possible de comprendre le développement d’aucun mouvement politique ou de système de gauche du siècle dernier sans savoir le marxisme. Il n’est pas possible, en fait, de comprendre le développement d’aucune idéologie de ce siècle, ou en effet, de comprendre l’histoire de ces cent dernières années, sans savoir quelque chose au sujet du marxisme. L’histoire politique du 20ème siècle est considérablement une histoire qui tente de réaliser le marxisme, qui essaye de défaire le marxisme, qui essaye d’aller au-delà ou de modifier le marxisme, et qui essaye de développer des solutions de rechange concernant le marxisme.

L’anarchisme n’est certainement aucune exception. Il s’est au début défini en s’opposant au marxisme, et continue de faire ainsi jusqu’à présent. Malheureusement, les anarchistes semblent totalement ignorants - ou peu disposés de réaliser - que le marxisme n’est pas un monolithe, qu’il y a, et aura toujours, énormément de différents courants de pensée qui s’appelleront marxistes. Les critiques d’anarchiste identifient invariablement le marxisme avec le léninisme, le léninisme avec le stalinisme, le stalinisme avec Maoïsme, et tous avec aussi bien le Trotskyisme. Il n’y a habituellement aucune allusion de perfidie dans ce remarquable morceau de prestidigitation intellectuel - votre anarchiste moyen pense simplement que c’est un fait universellement admis et établi que tous ces systèmes politiques sont identiques.

Ce n’est pas de dire qu’on ne peut pas discuter le fait que tous ces systèmes politiques sont fondamentalement identiques, que leurs différences, peu importe la mesure de la violence, sont secondaires à certaines caractéristiques essentielles qu’ils ont tous en commun. Mais le point est qu’il est nécessaire de discuter le cas, de rassembler de l’évidence, de connaître un phénomène avant de le condamner. On ne peut pas simplement commencer par une conclusion.

Mais le fait est que le marxisme n’est pas un monolithe. En dépit de l’affirmation non informée de Murtaugh que « le marxisme libertaire est plutôt un développement récent, quand on parle de théories politiques et des mouvements », et malgré le fait que le terme marxisme « libertaire »est nouveau - et inutile - la tradition remonte un long chemin en arrière. Par exemple, Rosa Luxemburg - sûrement une des figures centrales dans toute l’histoire du marxisme - condamnait les théories de Lénine de la partie d’avant-garde et de la discipline centralisée et hiérarchique trois quarts d’un siècle de cela, en 1904. En 1918 - tandis que beaucoup d’anarchistes se précipitaient pour joindre les Bolsheviks - elle critiquait les méthodes autoritaires de Bolsheviks et menacait la perte de la révolution russe. Après sa mort, il y avait d’autres penseurs et mouvements qui avaient condamné le Bolshevisme en tant que dégénération autoritaire du marxisme : Anton Pannekoek, Karl Korsch, les communistes du Conseil, l’école de Francfort, jusqu’à la nouvelle gauche des années 60 et des années 70. Et même dans la tradition léniniste il y avait des penseurs qui avaient apporté des contributions qui contestèrent la prise de l’interprétation dominante et avaient aidé à nourrir un marxisme libertaire ; par exemple, Georg Lukacs, Antonio Gramsci, et le Reich de Wihelm. Un certain nombre de courants libertaires ont émergé du mouvement Trotskyist pendant les années 40 et les années 50. Tout mouvement de libération qui se proclame être l’issue d’une naissance vierge pendant les années 70, ou qui reconnaît seulement une rive mince d’anarchiste en tant que vrai libertarianisme à travers les âges, tout en se coupant – que ce soit en raison du dogme ou en raison de l’ignorance - de tous autres courants de contribution, s’appauvrit tout simplement. Pourtant les anarchistes qui écrivent sur le marxisme semblent délibérément et presque obstinément fermer les yeux et les oreilles sur n’importe quoi à l’exception de la tradition léniniste dominante, et ainsi, parviennent toujours à reconfirmer leurs propres préjudices au sujet du marxisme.

Tout ceci ne s’avère pas naturellement que l’interprétation libertaire de Marx est la bonne. Mais il devrait être possible de convenir sur un point analytique de base : s’il y a doute sur ce que Marx tenait, alors il est nécessaire de lire Marx, de ne pas tenir les mots de ses ennemis, ou de ceux qui prétendent, d’une manière justifiable ou pas, d’être ses disciples. Une fois que ceci est accepté, et seulement à ce meoment là, est-il possible de commencer un dialogue anarchiste/ marxiste à un niveau sérieux.

Ma propre attitude envers Marx n’est pas sans équivoque favorable. Il y a dans mon point de vue des questions sérieuses qui devraient être soulevées au sujet des aspects de la pensée de Marx. Le marxisme, comme tout autre, doit être soumis à la critique, la critique qui peut mener à dépasser Marx, mais pas, je pense, à le rejeter. Le « marxisme est un point de départ pour nous, et non notre destination prédéterminée. Nous acceptons l’affirmation de Marx, que notre critique ne doit rien craindre, y compris ses propres résultats. Notre dette envers le marxisme ne sera aucunement diminuée si nous constatons que nous devons le dépasser ». Le point essentiel, cependant, est que le projet de Marx doit être au coeur de n’importe quelle politique libertaire. Il peut être possible et donc nécessaire de dépasser Marx, mais pour le dépasser il est d’abord nécessaire de l’assimiler. Sans Marx et une partie des meilleur « marxistes », il n’est pas possible de créer une pratique libertaire et un monde libertaire.

Enfin, en jugeant le travail de Marx, il est nécessaire de maintenir à l’esprit que ses écritures et ses actions enjambent 40 ans en tant que révolutionnaire, qu’il a souvent écrit des lettres et a fait des notes qui représentent les perspicacités partielles auxquelles il ne pouvait pas y retourner et développer, que plusieurs de ses travaux étaient des polémiques contre des doctrines particulières et sont unilatéraux, dû à cela . Ce serait une erreur, donc, de prendre chaque phrase et chaque citation dans le recueil de son travail comme l’Ecriture sainte accomplie, ou de s’imaginer que son travail est complètement conformé ou qu’il a réfléchi sur les implications, de toutes ses théories, jusqu’au bout. Le travail de Marx est une contribution inachevée, irrégulière, mais énormément fructueuse et brillante qui doit être abordée comme il abordait tout lui-même : en un oeuil critique.

En ce moment, il est nécessaire de confronter une des failles tragiques de l’anarchisme, une faille qui l’a rendu incapable de devenir une alternative historique sérieuse : sa forte tendance envers l’anti-intellectualisme. Avec très peu d’exceptions (par exemple Kropotkin, Rocker, Bookchin) l’anarchisme a échoué dans son rassemblement de partisans intéressés à développer une analyse rigoureuse du capitalisme, de l’état, de bureaucratie, ou d’autoritarisme. En conséquence, son opposition à ces phénomènes a tendu à demeurer instinctive et émotive ; quelconque analyse qui ait été produite a été éclectique, en grande partie empruntée du marxisme, du libéralisme, et d’autres sources, et rarement d’une intellectuelle sérieuse de qualité. Ceci n’est pas un manque accidentel - il n’y a eu aucun manque d’anarchistes intelligents. Mais les anarchistes, peut-être repoussés par le sang-froid de quelques intellectuels marxistes « officiels », peut-être sentant instinctivement le germe du totalitarisme dans n’importe quel système intellectuel qui cherche à tout expliquer, ont été consciemment et souvent opposés de façon militant à l’effort intellectuel comme tel. Leur opposition n’a pas été simplement contre les analyses et les théories particulières, mais aux analyses et à la théorie comme tel. Bakunin, par exemple, a discuté - en quelque sorte, réminiscent du pape médiéval Gregorien – que enseigner les ouvriers les théories mineraient leurs qualités révolutionnaires inhérentes. Que se passe-t-il quand le principal théoricien d’un mouvement est explicitement anti-intellectuel ?

Le résultat pour le mouvement d’anarchiste a été paralysant. L’anarchisme comme théorie demeure une mosaïque de perspicacités souvent contradictoires qui demeurent frustrantes particulièrement aux sympathisants critiques parce que les fils les plus fructueux semblent rarement être poursuivis. La plupart des publications d’anarchiste évitent n’importe quel discussion de stratégie, ou n’importe quelle analyse de la société comme elle est aujourd’hui, comme la peste. (Même une des meilleures publications d’anarchiste, ‘The Open Road’ (la route ouverte), reste essentiellement une majorette pour tout ce qui est vaguement gauchiste ou libertaire. Les personnes qui organisent des syndicats et les personnes organisant contre des syndicats reçoivent également une couverture non critique ; la lance de tartes et de bombes est vue comme une activité également valide, et aucune tentative n’est faite pour discuter les mérites stratégiques et relatifs de l’un ou de l’autre dans un contexte donné.) La plupart des maisons d’édition d’anarchiste semblent intéressées à rien à l’exception de (a) re-combattre la guerre civile Espagnole, (b) re-combattre Kronstadt et (c) battre les marxistes-léninistes une fois de plus. Même ces préoccupations, qui sont devenus courants faisant l’anarchisme pour la plupart étant simplement ennuyeux, ne sont pas poursuivies de façon à développer de nouvelles perspicacités concernant l’histoire du capitalisme, le processus révolutionnaire, ou le Bolshevism, par exemple.

En revanche, les mêmes arguments sont simplement liturgiquement répétés. Y a rarement de sérieuse discussion politique dans le mouvement d’anarchiste, alors que la polémique contre le croquemitaine du « marxisme » (aussi important à l’anarchisme que Satan est à l’église) est généralement paralysée par un refus de principes pour découvrir n’importe quoi au sujet de ce qui est attaqué. Des arguments sont la plupart du temps continués en termes de généralités les plus vagues ; des citations ne sont jamais employées parce que les travaux du soi-disant ennemi n’ont été jamais lus.

Suite à son anti-intellectualisme, l’anarchisme n’a jamais pu développer son potentiel. Un mouvement qui dédaigne la théorie et adore incritiquablement l’action, anarchisme demeure un édifice précaire consistant essentiellement de divers gros morceaux d’analyse marxiste soutenant quelques préceptes tactiques inflexibles. Il est lié principalement par des impulsions libertaires - le meilleur genre d’impulsion à avoir, pour être sûr - et par une crainte de l’organisation qui est si grande qu’il soit pratiquement impossible pour des anarchistes d’organiser effectivement sur une base à long terme. C’est vraiment une tragédie, parce que le mouvement libertaire ne peut pas se permettre d’avoir ses membres refuser d’employer leurs intellects dans la bataille pour créer un nouveau monde. Aussi longtemps que l’anarchisme continue à favoriser l’anti-intellectualisme, il y va nulle part.

Édité dans’The Red Menace’ (la menace rouge), vol. 2, no. 2, Printemps 1978, avec un article de compagnon, Bakounine contre Marx.

Traduit de l’anglais par Dilshad Peerun


También disponible en español: Anarquismo vs. Marxismo.



Related:
Bakounine contre Marx


Ulli Diemer
.  

Subject Headings: Anarchism - Libertarian Politics - Libertarian Socialism - Libertarianism - Marx, Karl - Marxism - Revolution - Revolutionary Politics - Socialism